A paraître

157APR-JFM-LMP-1DC

Paru le:  23-09-2020

Editeur:  Les éditions Au Pays Rêvé

Isbn:  978-2-919342-67-9

Ean:  9782919342679

Prix:  20 €

Caractéristiques: 
216 pages

Genre:  Récits

Thème:  Pensee

Thèmes associés: 

157APR-JFM-LMP-4DC

La mémoire de mon Père

Par ailleurs il était difficile d’échapper aux enrôleurs quand vous viviez au bord de la mer.

Jean-François-M-NB

Douloureux départ du port d’Arzew, en Algérie, le 19 Juin 1962, à bord du bateau de pêche de son père avec toute sa famille. Arrivée 8 jours après à Port-Vendres, qui devient progressivement sa seconde patrie. Fins d’études et départ pour Lyon, rencontre avec sa future femme, puis naissance des jumelles en 1969. Nouveau départ pour Antibes, suite à la mutation de son épouse, il entreprend une carrière dans l’immobilier et prend la responsabilité d’agences à Cannes puis Mandelieu. 2006, départ en retraite, puis assistance au développement du cabinet de sa fille à Sophia Antipolis. Féru d’histoire et passionné par la Renaissance, il se rend souvent à Florence. Autre source d’intérêt, le patrimoine mondial de l’UNESCO, où il aimerait être à l’origine de l’inscription d’un site. Aux récits de son père, dès ses premières années, il a voulu immortaliser ses souvenirs, avant la disparition des derniers témoins.

Les parents de mon père s’appelaient MARTINEZ Francisco Antonio et SOLER Juana.
Mon grand-père Francisco est né le 23/02/1897 à VILLARICOS en Andalousie, près du village de PALOMARES, là où les américains perdirent une bombe atomique en mer.
La vie à VILLARICOS étant trop difficile, lui et ses parents déménagèrent à MAZARRON dans la province de MURCIA pour travailler dans les mines de fer.
A l’âge de 7 ans Francisco mon grand-père, descendait au fond des mines pour en extraire le minerai.
Ma grand-mère Juana est née à AGUILAS le 29/11/1897, dans la province de MURCIA.
AGUILAS et MAZARRON sont très proches, et mes grands-parents se sont rencontrés par hasard.

Juin 1962, de toute l’Oranie, une flotte de bateaux de pêche, quittait le pays pour rejoindre la France, en longeant les côtes Espagnoles, fuyant une indépendance qui ne s’annonçait pas sous de bons auspices. Toutes ces personnes partaient d’un pays, qu’ils croyaient être le leur, pour une nouvelle terre, totalement inconnue pour la plupart d’entre eux. Un grand nombre posèrent leurs valises en Roussillon, où ils furent progressivement adoptés par la population locale, avant d’assimiler à leur tour, cette terre catalane, qui finira par devenir pour eux, une nouvelle patrie.

A paraîtreHistoires et DestinéesLa mémoire de mon Père