CollectionsLes dialogues décalésManger avec son cerveau
106APR-MB-MAC-1DC

Paru le:  30-06-2018

Editeur:  Les éditions Au Pays Rêvé

Isbn:  978-2-919342-16-7

Ean:  9782919342167

Prix:  20 €

Caractéristiques: 
284 pages

Genre:  Littérature générale

Thème:  Litterature

Thèmes associés: 

106APR-MB-MAC-4DC

Manger avec son cerveau

Le plaisir est dans l’assiette !

La dégustation a une valeur d’évasion comparable à celle des autres arts.

Monique-BRAULT-NB

Monique Brault, aujourd’hui oléicultrice à Grasse, a été professeur, puis chargé de recherches à l’Institut national de recherche pédagogique, avant d’être nommée consultante à l’UNESCO, spécialiste des conduites à risques chez les adolescents. Dans ses différents postes, elle a publié de nombreux ouvrages techniques et scientifiques et plus récemment : « L’almanach de la sagesse populaire » et « Histoires d’Elles »  aux éditions Ovadia.

– Je suis ravie de vous rencontrer Madame Michu. Avez-vous quelques minutes à me consacrer ? Je voudrais vous recommander la lecture d’un bouquin: Manger avec son cerveau.
– La lecture d’un bouquin pour Manger avec son cerveau : ça-va pas la tête! – Non écoutez-moi, cela va vous intéresser. L’auteur est une oléicultrice dans le sud de la France…
– Oléicultrice…
– Oui, elle cultive ses oliviers, elle raconte son histoire, sa formation à la dégustation des huiles d’olives, son application pour obtenir des huiles gastronomiques…
– Déguster les huiles, moi c’est le bon vin qui me parle vous savez…

Se mettre à table pour se nourrir, un acte simple qui peut à lui seul nous entraîner dans des sphères variées où le culturel, l’économique, la psychanalyse, la sociologie, l’agriculture, l’industrie, la médecine, la cuisine et l’écologie mettent leur grain de sel et jamais de poivre.
Manger avec son cerveau: Le plaisir est dans l’assiette ne vous invite pas comme pourraient penser certains à une prise de tête. Il va être question de vous entraîner dans une aventure gustative et jouissive, qui permet de passer de la recette de cuisine à une palette de créativité culinaire débouchant sur la dégustation.
L’amateur de bon vin devant son verre rempli observe la robe du vin, le respire avant de se prononcer sur ses arômes, il n’est même pas obligé de l’avaler pour décrire son goût. Alors, l’histoire de ce vin va lui être contée. Son âge, sa région, son cépage, le producteur qui l’a fait naître…
Manger avec son cerveau, vous encourage à devenir «œnogoûteur», une découverte à ne manquer sous aucun prétexte.